Réponse au président de l'ASSM

Réponse au président de l'ASSM.

Ce billet que j'ai écrit et que j'assume ne visait pas le club mais le comportement récurrent de certains spectateurs. Certes ce n'est pas propre à Stenay et l'exemple vient d'en haut (Paris, Nice, Marseille etc...). Vous vous félicitez qu'aucun arbitre n'ait été frappé et qu'aucun incident grave n'ait été à déplorer à Stenay. Heureusement. Mais vu le flot d'insultes déversé sur les arbitres à chaque match se déroulant à Stenay je doute fort que l'ASSM soit dans les petits papiers du corps arbitral. Je vous rappelle qu'un de vos joueurs a eu beaucoup de chance en fin de saison dernière après avoir copieusement injurié un juge de touche qui se voulait pédagogue et n'a pas alerté l'arbitre principal. Je découvre que les districts ont procédé "à la française". Quand il y a un problème on crée un groupe de travail, ou une commission, ou on nomme un Monsieur ou une Madame “quelque chose”, des trucs qui ne fonctionnent pas mais donnent bonne conscience à ceux qui les mettent en place et contribuent à déresponsabiliser ceux qui devraient agir. Au niveau amateur où opère votre club je pense que c'est au président, c'est-à-dire à vous, de prendre ses responsabilités et d'expliquer aux spectateurs, que vous connaissez tous, qu'un comportement incorrect n'a jamais amené un arbitre à revenir sur sa décision mais au contraire nuit gravement à la réputation du club.

Je ne pensais pas déclencher une polémique en rédigeant cet article, ni subir une attaque personnelle à peine voilée. En matière d'investissement j'estime n'avoir de leçons à recevoir de personne. Je suis conseiller municipal et correspondant défense de la commune, porte-drapeau des Soldats de France, secrétaire du Souvenir Français et aussi de l'U.N.C. Des fonctions qui ont un sens et ne peuvent être comparée à un poste bidon de "Monsieur prévention" au sein d'un club de football. Par contre, comme je suis de bonne volonté, que je pense connaître un peu le football, que j'ai été officier de police judiciaire pendant 30 ans à Paris, je veux bien discuter avec vous d'opérations ponctuelles de prévention où nous pourrions, à partir d'exemples concrets, expliquer, sous une forme qu'il vous appartiendra de définir, aux membres de votre club et aux personnes intéressées, que l'arbitre est indispensable au bon fonctionnement du sport en général, et que ne pas le respecter peut avoir de graves conséquences.

Jean-Michel LEBRUN.