Souvenir Français de Dun-sur-Meuse, cérémonie à Montigny

Cérémonie du Souvenir Français de Dun-sur-Meuse, à Montigny

Commémoration des combats de Montigny du 31/08/1914

Ce dimanche 25 août 2019, Montigny commémorait la bataille de la Meuse du 31/08/1914.

Déroulé de la cérémonie.

La cérémonie est orchestrée par Jean Marie président du Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse et délégué général adjoint pour la Meuse. Le cortège se rassemble devant l'Hôtel de Ville. Il est conduit par les enfants du village porteurs de gerbes, suivis des porte-drapeaux, des autorités et de la population.

Une première halte est organisée au monument aux morts. Les porte-drapeaux saluent le monument et se déploient de part et d'autre de l'ouvrage. Les enfants et leurs accompagnateurs se positionnent à droite de l'édifice pendant que les autorités et les représentants des organisations patriotiques se placent à gauche.

On note notamment la présence de M. Michel Lefort maire de Montigny, de plusieurs maires du canton et des cantons voisins, de Guy Santoire maire de Beaufort-en-Argonne et président des médaillés militaires des cantons de Stenay et Dun. Les porte-drapeaux sont venus en nombre pour honorer cette emblématique manifestation. Évelyne et Alain Jacquet se sont excusés de ne pouvoir assister à la cérémonie.

M. Lefort remercie l'assistance de sa présence et donne la parole à M. Michel Musset qui décline le nom des victimes inscrites sur le MAM à l'instar de ce qui se fait tous les ans, le 11 novembre, dans chaque commune. Une gerbe de fleurs est déposée au pied du monument par Michel Lefort et Guy Santoire.

Sur ordre de Jean Marie, l'ingénieur du son Médéric Marie lance la sonnerie aux morts puis la Marseillaise reprise en chœur par une partie de l'assistance.

M. Lefort retrace brièvement les évènements du 31 août 1914 et insiste sur la nécessité de se rappeler du sacrifice de ceux qui sont tombés pour notre liberté. Jean Marie invite l'assistance à se rendre au petit cimetière militaire du 117e RI. Le cortège s'y rend à petite allure afin de laisser à Médéric Marie le temps de déplacer la sono pour qu'elle soit fonctionnelle avant son arrivée. Les enfants avec leur gerbe et leur petit drapeau se tiennent à droite du cimetière. Les porte-drapeaux se déploient de chaque côté du carré militaire.

Michel Mussey hisse les couleurs au son de "Au drapeau". Après l'implantation par les enfants de petits drapeaux sur chacune des croix, Michel Lefort et Guy Santoire déposent une gerbe en tête de la nécropole. Médéric Marie lance la Marseillaise reprise en choeur par l'assistance. Michel Lefort prend la parole et rappelle l'édition du mémoire de Serge Lecat lors de la commémoration de 2018. Il précise que M. Lecat a progressé dans ses recherches et mis à jour son mémoire.

Il informe l'assistance que deux descendantes d'un soldat du 117e RI tombés à Montigny avaient pris contact avec la municipalité et étaient présentes aujourd'hui.

Il donne la parole à Serge Lecat qui détaille l'avancée de ses recherches. Il lit un extrait du témoignage écrit par Jean Gautier adolescent au moment des combats.

Il décrit les scènes d'horreur à l'issue du massacre, les menaces de mort contre les civils qualifiés de francs-tireurs, la négociation de M. de Lapisse avec un général allemand qui leur sauva la vie. Serge Lecat poursuit en évoquant le cas du soldat Arsène Guidecoq tombé à Montigny lors de ces dramatiques combats. Il précise que deux nièces de ce soldat ont pris contact avec la municipalité de Montigny qui les a invitées à participer à la cérémonie commémorative. Il demande enfin à Mesdames Letourneur et Guidecoq de le rejoindre dans l'enceinte du carré militaire. Il précise qu'il les a accompagnées au cimetière militaire de Brieulles-sur-Meuse où les restes des soldats du 117e RI ont été regroupés après la guerre, leur offre avec émotion son mémoire et les embrasse chaleureusement.
Serge Lecat donne la parole à Brigitte Musset qui lit un texte de Marie-Paule Goarnisson en mémoire aux soldats et civils tombés à Montigny lors des combats du 31 août 1914, avec une pensée particulière pour le soldat Guidecoq dont les descendantes sont présentes, ce jour.

Le texte évoque la joie des soldats partis pour défendre la Patrie, puis la désillusion, l'horreur des tranchées et des saignées, et la douleur des proches qui ont perdu un être cher. Il se termine par un message de recueillement, de mémoire et de gratitude des vivants aux sacrifiés.

M. Lefort demande aux porte-drapeaux de se déployer devant la Mairie pour la séance de remerciements.

Il invite les participants à un pot de l'amitié à la salle des fêtes au cours duquel des présents sont offerts à Serge Lecat pour son travail au service de la mémoire, et aux descendantes du soldat Guidecoq.